Un homme à tout faire

Un homme à tout faire - Marby John

Ma femme est une adepte des arts culinaires. Elle a déjà suivi pas mal de formations, et a même déjà participé à plusieurs concours de cuisine, et je peux dire qu'elle ne rentre presque jamais les mains vides. Elle sait préparer tous les types de plats, des entrées, les plats de résistance, les desserts, les petits encas. Il n'y a qu'à demander la saveur et le parfum. Tous les week-ends, elle nous fait un repas digne des rois en famille avec de nouvelles recettes qu'elle vient de concocter, ou qu'elle a trouvé sur le net. Rien qu'à voir ses présentations, on salive tous déjà. Les seules fois qu'on mange au restaurant, c'est quand on se fait inviter par des connaissances, ou quand il s'agit de réunion à titre professionnel. Elle nous fait de réels plats gastronomiques alors pas besoin de manger plus cher dehors. On a même le droit de faire des commandes à un jour d'avance. Bien sur, c'est toujours avec un compromis. Si elle devait réaliser toutes nos envies gustatives, nous serions ruinés bien assez tôt.

Le seul souci, c'est quand rien ne va plus en cuisine, c'est toujours moi qui régale. Toutes les fois que les appareils électroménagers tombent en panne, qu'il y a des fuites d'eau ou que le courant ne passe pas, c'est toujours moi qu'elle cuisine. Et même si parfois, je rentre fatigué, ou que je suis très occupé, elle insiste sur le fait que je dois régler d'abord ses problèmes. Et oui, pour mon épouse, je suis l'homme à tout faire. Je ne sais plus comment tout ça a commencé, mais quand un truc tombe en panne à la maison, elle ne songe jamais à faire appel à des professionnels. Elle veut que ce soit toujours moi qui répare tout et pourtant, souvent ces choses-là dépassent mes compétences. Évidement, remplacer une lampe, une serrure ou un robinet, ça, je sais faire, mais je ne suis pas un gars de maintenance. Je ne sais pas réparer le four ou le chauffage et encore moins faire un drainage. Elle a tout de même cette manie de m'attendre pour s'occuper de tout ça. Aussi pour lui faire plaisir, je fais semblant de regarder comme si je m'y connaissais, et j'appelle ensuite des professionnels. S'il fallait que ce soit moi qui s'occupe du four, je pense bien qu'on ne mangerait jamais plus de gâteaux.